Sélectionner une page

FALLER Ich war Koch des Negus.

↗ 1933 ↘ 1936

UGS : 0193399 Catégories : ,

Informations complémentaires

Auteur

Titre

Éditeur

Lieu d'édition

Année d'édition

Description

État de l'article

Langue

Réf. Biblethiophile

Réf. Pankhurst Partie

Première entrée

Sortie définitive

Description

Synopsis

Le cuisinier Suisse Erwin Faller est engagé par le confident de Hailé Sélassié. Il débarque à Djibouti en 1933 et prend ses fonctions au Gebi. Le poste de cuisinier du Négus lui permet d’être témoin d’événements qui échappent aux témoins ordinaires que sont les voyageurs, les ambassadeurs ou les journalistes. En contrepartie, Faller est étroitement surveillé par le personnel du Gebi ce qui limite ses déplacements. Le récit mentionne, entre autres, le séjour de Mittelholzer et Rikli. Faller se marie en 1935, construit un hôtel et ouvre un bar. Il n’ignore pas la fatalité de la guerre mais reste cependant à Addis Abeba. La fuite du Négus, abandonnant son cuisinier, provoque la chute de l’entrepreneur. A l’arrivée des Italiens dans la capitale, il est emprisonné pour être finalement libéré sous la pression de son ancien employeur, M. Balmer, de Griesalp, aidé par l’ambassade allemande et par le gouverneur suisse. Le couple se réfugie en Suisse à l’été 1936.

Le récit n’est pas de la plume de Faller mais de celle d’Herbert Volck qui utilise le journal et les lettres de Faller et qui se base également sur sa rencontre avec le maître queux déchu. Si l’on en croit Wikipedia, Volck n’est pas seulement un écrivain et un aventurier mais avant tout un militaire de formation. Avant la 2ème Guerre mondiale, on le voit côtoyer Göring, puis être arrêté et revenir travailler pour les Renseignements allemands. En 1942, ses livres sont interdits. Deux ans plus tard, Herbert Volck meurt dans le camp de concentration de Buchenwald.

Fin 1935, Volck est à Zürich dans la Pension Brandenberger, tenue par la mère d’Erwin. Elle éveille chez l’écrivain l’intérêt qu’il porte à la politique internationale et que les signes précurseurs d’une guerre contenus dans les lettres reçues d’Ethiopie, dès 1933, satisfont. A l’été 1936, il est de retour à la pension avec l’intention de se renseigner sur le sort du cuisinier. Il rencontre ce dernier, fraîchement arrivé d’Ethiopie.

On serait tenté d’attribuer le récit des faits et des événements à Faller et les développements politiques et géopolitiques à Volck. Dans tous les cas, l’ouvrage est sans aucun doute une source de renseignements unique concernant un épisode important de l’Histoire de l’Ethiopie.

Biblethiophile, 21.09.2019