FONTRIER Autour de la “Notice sur l’Ogadine” d’Arthur Rimbaud.

↗ 1883 ↘ 1883

UGS : 0188399 Catégorie :

Informations complémentaires

Auteur

Titre

Série

Éditeur

Lieu d'édition

Année d'édition

Description

État de l'article

Langue

Réf. Biblethiophile

Première entrée

Sortie définitive

Description

Synopsis

Marc Fontrier, officier des troupes de marine, est docteur en études africaines de l’Institut national des langues et civilisations orientales, où il a étudié l’arabe, l’amharique et le somali. En plus de trente ans, il a effectué de nombreux séjours de longue et moyenne durée en Afrique subsaharienne, la plupart dans des pays en crise : Éthiopie, Somalie, Djibouti, Sierra Leone, etc. Ses recherches portent en particulier sur l’histoire de la Corne de l’Afrique et sur la polémologie africaine dans le dernier quart du XXe siècle.

Ses publications disponibles sur les rayons des meilleures librairies suivent deux axes : l’histoire politique de l’Ethiopie, de la Somalie et du Darfour ; la biographie Abou-Bakr Ibrahim Pacha de Zeyla et la monographie d’Arthur Rimbaud « Notice sur l’Ogadine ». Les Rimbaldiens ne pouvaientt pas trouver mieux que Marc Fontrier pour juger de la pertinence du rapport rédigé par leur protégé.

Les éditions Sépia publient ce nouvel opus de la collection Bibliothèque Peiresc 32 dont Marc Fontrier est un des directeurs, reprenant le flambeau allumé par Joseph Tubiana. La quatrième de couverture présente le contenu comme suit :

Arthur Rimbaud fut le premier Occidental à s’installer à Harär, cité naguère interdite de l’Est africain. En 1883, afin d’élargir le champ de ses activités commerciales, il envoie son collaborateur, Constantin Sotiro, vers une région aride et inexplorée, l’Ogaden somali, entre autres réputé pour la dangerosité de son peuple. De cette incursion ressortira, rédigée par Rimbaud, la Notice sur l’Ogadine, dix pages complexes à l’étrange destin qui abondent de savoirs jusqu’alors ignorés.

On retrouve la modestie habituelle de l’auteur qui cache tout l’appareil qui accompagne le lecteur, composé de notes, de croquis clairs, de cartes originales et sans équivoque, d’illustrations choisies avec soin. Le texte est allégé d’un élément graphique toutes les trois pages. La rigueur de l’auteur se retrouve à la fin de l’ouvrage, dans la bibliographie, la liste des toponymes avec coordonnées, l’index, la table des illustrations et les crédits, la tables des matières.

Un tiers de l’ouvrage est réservé à la description de la région concernée et à un retour sur son histoire. Les premières années de la maison Bardey occupent un peu moins du deuxième tiers pour laisser la fin du livre au rapport et à la notice proprement dite. Une reproduction photographique de chaque feuillet de la notice originale, gracieusement réalisée par le Musée Arthur Rimbaud à Charleville, ravit le lecteur.

Biblethiophile ne peut que conseiller la lecture du livre « Autour de la Notice sur l’Ogadine d’Arthur Rimbaud », Sépia, 2017. On attend avec impatience le prochain projet qui occupera l’auteur et qu’on aimerait voir être consacré à un fait militaire du XVIe siècle.

Biblethiophile, 27.05.2018