Sélectionner une page

McNAB Mission 101.

↗ 1940 (09) ↘ 1941 (06)

UGS : 0194009 Catégories : ,

Informations complémentaires

Auteur

Titre

Éditeur

Lieu d'édition

Année d'édition

Description

Réf. Biblethiophile

Première entrée

Sortie définitive

Description

Synopsis.

Ducan McNab raconte l’histoire des cinq Australiens, membres de la « mission 101 » : le lieutenant Allan Brown et ses sergents Ken Burke, Ron Wood, Ted Body, Bill Howell. Sans lui, leur nom et leurs exploits seraient inconnus des Ethiopisants. Leur compatriote Arnold Wienholt, grâce à son livre, a laissé quelques souvenirs de son intervention en Ethiopie à l’arrivée de l’armée italienne mais il n’a pas pu témoigner de sa participation à la « mission 101 », victime d’une embuscade avant son entrée clandestine en Ethiopie, en septembre 1941, une année après celle du Français Robert Monnier, le précurseur de la mission., les Australiens ignorent que Wienholt fait partie de la même mission qu’eux. Ils n’entrent dans le territoire éthiopien deux jours avant l’année 1941. Le colonel Daniel Sandford, commandant la mission 101, est dans le Gojjam. Le Major Orde Wingate, commandant de la « Gideon Force » est prêt à intervenir avec le gros des troupes. Les Australiens devennus le « No 1 Operational Center » sont l’avant-garde de Wingate et s’adonnent à de multiples actions de guérilla contre l’occupant italien. L’objectif final, le retour de l’Empereur dans son pays est atteint le 2 mars 1941 lorsque le Negusä Nägäst pénètre au Gojjam. Le 6 avril, le général Cunningham, entré lui par la Somalie, prend Addis Abeba. Ce n’est que le 5 mai 1941, 5 ans jour pour jour après la chute de sa capitale qu’Hailé Selassié y fait son retour. En juin 1941, les Australiens prennent du repos au Caire et se séparent.

L’auteur est détective dans la police du NSW (New South Wales) avant de devenir journaliste et l’auteur de quatre livres. Il est le neveu d’un des cinq hérauts, Ken Burke, ce qui explique l’importance et l’originalité de ses sources. La lecture est agréable aux lecteurs qui ne recherchent pas les récits de bataille avec moulte détails. On regrettera un aparté sur la genèse de la mission 101 qui aurait permis de rendre hommage aux précurseurs que sont Monnier, Barontini, Ukmar et Rolla. Mais peut-être qu’il n’a pas été judicieux de mentionner un Français et des communistes italiens.

Biblethiophile, 27.06.2020