Sélectionner une page

RODATZ Auszug aus dem Tagebuch des Capitän Alb.

↗ 1884 (07) ↘ 1886 (11)

UGS : 0188407 Catégories : ,

Informations complémentaires

Auteur

Titre

Éditeur

Lieu d'édition

Année d'édition

Description

État de l'article

Langue

Réf. Biblethiophile

Réf. Pankhurst Partie

Réf. Pankhurst Page

Première entrée

Sortie définitive

Description

Titre complet: Auszug aus dem Tagebuch des Capitän Alb. Rodatz, Schiff “Alf”, betreffend einen Besuch von Massowah aus bei Dr. Schimper im Inneren von Abessinien, und Weitereise von Massowah bis zur Umschiffung des Cap Guardafui.

Synopsis.

L’Allemand Albert Rodatz, capitaine du navire « Alf », accoste à Massaouah, à l’été 1844 avec l’intention d’acheter des mules et de les vendre à l’île Maurice. Son journal débute le 19 octobre. On y apprend qu’il quitte Massaouah 3 jours plus tard, rencontre un des frères Abbadie (très certainement Antoine, de retour de l’Inarya) avant d’atteindre Antitcho le 30 octobre. Il séjourne chez le Dr Schimper qui est installé dans le pays depuis huit ans, marié et père d’un enfant. Il est proche du Ras Oubié de qui il a reçu la province d’Antitcho. Dr. Schimper se donne dix ans pour occidentaliser le territoire qu’il administre, composé de 40 petits villages, 1000 habitants et dont on peut faire le tour en deux jours. D’après son hôte, le capitaine apprend qu’il y a cinq Européens dans le pays. Les deux compatriotes font une excursion à Adua où ils rencontrent Parkyns et plus tard le Ras Oubié. De retour à Antitcho, Rodatz achète 60 mules et avant de les emmener à Massaouah, il visite la montagne de fer que Dr. Schimper possède, une mine de fer à ciel ouvert. Sur le chemin du retour, le capitaine rencontre le père Jacob (Giustino de Jacobis) à Nahelto, atteint Arkiko le 3 décembre et se réjouit de revoir son navire. Une lettre de Schimper, datée du 19 octobre l’attend. Elle est reproduite dans son journal et apporte des informations intéressantes sur la communication entre Antitcho et Massaouah. Le 8 décembre, le capitaine lève l’ancre avec à son bord De Coutin (Alexandre Degoutin, vice-consul français à Massaouah depuis le 16 février 1841, cf. Prijac), l’agent consulaire français et sa famille pour se diriger vers Dahlak. Dix jours plus tard, il emmène ses mules à l’Île Maurice en faisant escale, entre autres, à Siarra (Siyaara), à l’est de Berberra.

Manque aux bibliographies de Pankhurst, Fumagalli, Henze. Lockot (1260), Milkias (9504). Kainbacher s’étant limités aux monographies, il ne le mentionne pas. Il est surprenant que Bairu Tafla n’ait pas inséré Rodatz dans son livre « Ethiopia and Germany ».

Grâce à la perspicacité de Wolbert Smidt, Rodatz est extrait de Lockot et fait son entrée dans l’Encyclopaedia Aethiopica.

Biblethiophile, 20.02.2020