Sélectionner une page

ROZIS Compte rendu de la Mission Rozis en Ethiopie.

↗ 1906 (09) ↘ 1907 (01)

UGS : 0190609-1 Catégories : ,

Informations complémentaires

Auteur

Titre

Éditeur

Lieu d'édition

Année d'édition

Description

État de l'article

Réf. Biblethiophile

Première entrée

Sortie définitive

Description

Notes de lecture

Carte postale ancienne publiée par K. Arabiantz, éditeur à Djibouti, portant la date de 1906. Elle présente la particularité de porter le cachet humide de la « MISSION AUGUSTE ROZIS éHTIOPIE » et la signature d’Auguste Rozis datée de 14/9 [19]06.

Auguste Rozis est chargé de missions commerciales au ministère des Colonies, délégué officiel de l’ Action coloniale et maritime, membre de la Société de géographie commerciale de Paris[1]. En 1903, sur son chemin pour Madagascar, il pénètre en Ethiopie mais n’atteint qu’Harar. En 1904, il retourne en Ethiopie pour compléter sa mission. Il rapporte des vues qu’il projette à son retour en France[2]. Les comptes rendus du congrès national des Sociétés françaises de géographie et sociétés assimilées d’août 1905 contient une communication d’Auguste Rozis[3] dans laquelle il se targue d’être commerçant et de représenter les intérêts de maisons commerciales et industrielles de France. Il défend la nécessité du développement de la voie commerciale avec l’Ethiopie pour l’essor de Djibouti avec comme objectif, déjà évoqué à la création d’Obock, de concurrencer Aden. Dans son exposé, il mentionne l’intervention de Porquier au congrès. Le 30 août 1905, dans La Dépêche coloniale, le ministère des colonies dément, contrairement à ce qui a été annoncé dans ce journal, que M. Auguste Rozis ait reçu de lui une mission en Ethiopie[4]. Ce n’est que l’année suivante que sa témérité sera récompensée par l’octroi d’une mission officielle. Le 21 août 1906, les membres de la mission Auguste Rozis embarquent à Marseille, à destination de Djibouti, où ils doivent rejoindre leur chef[5]. Ils quittent Djibouti le 25 septembre, par le chemin de fer et atteignent Diré-Daoua le soir même. La mission passe une semaine à Harar avant de rejoindre Addis-Abéba[6] qu’ils atteignent le 29 octobre. Ils sont reçus par Ménélik. Les deux mois suivants sont employés à leur étude commerciale et le chemin du retour est pris le 21 décembre. Le 14 janvier, la mission Auguste Rozis regagne Djibouti. A son retour, il publie le compte rendu de la mission dans le bulletin de la Société de géographie de Dunkerque.

Biblethiophile, 05.06.2021, m.-à-j. 22.08.2021

[1] Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire, 10 août 1905, p. 2.

[2] La Dépêche coloniale, 29 mai 1905, p. 3.

[3] Congrès national des Sociétés françaises de géographie et sociétés assimilées, XXVIe session, tenu à Saint-Étienne du 6 au 10 août 1905, comptes rendus, p.362

[4] La Dépêche coloniale, 30 août 1905, p.1.

[5] L’Éclair, 22 août 1906, p. 1.

[6] La Politique coloniale, 6 mars 1907, p. 1