Anton Ukmar

Un des anti-fascistes italiens qui ont combattu en Ethiopie et qui ont permis le retour du Négus.

UGS : 9000415 Catégorie :

Description

Anton Ukmar, natif d’Istrie, est un résistant au fascisme. Depuis 1937, Barontini parle de l’opportunité d’envoyer des camarades en Ethiopie. En octobre 1938, Ukmar s’entretient avec Di Vittorio. Tous de retrouvent à Paris ; Rolla et le colonel Monnier font partie de la mission qui se fixe comme but d’aider les populations dans la mobilisation contre l’agression colonialiste et la mise en place d’une armée partisane. Le contact avec l’Empereur est assuré par Lorenzo Taezaz. Les pseudonymes des protagonistes sont :

Johannes pour Anton Ukmar (Iohannes selon JOUIN, « La vie héroïque du Commandant Robert Monnier »).

Petrus pour Bruno Rolla (Pietros selon JOUIN).

Andreas pour le colonel Paul Robert Monnier (Andréa selon JOUIN)

Fin mars 1939, Ukmar et Rolla quittent Marseille, Rolla avec un faux passeport hollandais et Ukmar un suisse. Ils retrouvent Barontini en Ethiopie. Depuis la fin de l’année 1937, la population est en révolte ouverte contre l’occupant. Ukmar se met au travail dans la zone de Gondar, autour du Lac Tana, sur le Nil supérieur, puis à l’Atbara et au Goggiam. Monnier reste quelque temps aux côtés de Rolla avant de partir pour Harrar avec Ukmar. Pendant le voyage, Monnier meurt d’une crise cardiaque. Ukmar remet tous les documents et objets du colonel Monnier à Taezaz. En août 1939, Barontini est rejoint par Taezaz. Mars 1940, Ukmar a la fièvre jaune. Barontini arrive à temps pour le sauver. Fin mai 1940, ils sont tous les trois au Caire. La deuxième guerre mondiale a éclaté. Barontini détruit son faux passeport au nom d’un Français vivant et réussit à entre en France en se déclarant un collaborateur du colonel Monnier. Ukmar et Rolla en font de même mais sont arrêtés et envoyés au camp du Vernet. Paris tombe quelques jours plus tard.

Biblethiophile, 28.06.2020